Bienvenue au Forum FIA 2021, 3ème Edition

CONTEXTE ET JUSTIFICATION :

L’agriculture représente une part essentielle de l’économie de plusieurs pays à travers le monde, notamment les pays en voie de développement. L’Afrique dispose d’un énorme potentiel (une population jeune, des techniques culturales spécifiques, un immense marché) pour nourrir sa population et atteindre la sécurité alimentaire et nutritionnelle. L’agriculture a un rôle premier à jouer dans les différents programmes de lutte contre la pauvreté.

Au cours des 35 prochaines années, l’agriculture sera confrontée à une multitudes de pressions sans précédents incluant l’augmentation de 30% de la population mondiale, une compétition croissante pour des ressources en terre, eau et énergie de plus en plus rares, et la menace du changement climatique.
Une vision commune pour l'Alimentation et l’Agriculture Durable doit prendre en compte de manière égale les dimensions sociales, économiques et environnementales pour en assurer la durabilité. Négliger l’une de ces dimensions compromet l’atteinte de la durabilité. Les principes en mesure de guider collectivement le processus de transition vers une plus grande durabilité sont résumés comme suit :
Améliorer l’efficience de l’utilisation des ressources
• Conserver, protéger et valoriser les ressources naturelles à travers des actions directes
• Protéger les moyens d’existence rurale et améliorer l'équité et le bien-être social
• Renforcer la résilience des personnes, des communautés et des écosystèmes
• Développer des mécanismes de gouvernance responsables et effectifs.
Aujourd’hui estimée à sept (7) milliards, la population mondiale ne cesse de croître. Les prévisions d’ici 2050 s’approchent des 10 milliards d’habitants , dont. Plus de la moitié de la croissance démographique d’ici 2050 aura lieu sur le continent africain, tandis que la population subsaharienne devrait doubler .
En Afrique, la population des 15-24 ans devrait passer d’environ 230 millions en 2015 à 426 millions en 2050 . Dans un contexte de changements climatiques augmentant l’occurrence d’événements climatiques extrêmes, et notamment les sécheresses, qui déjà provoquent des famines. Or, la croissance démographique devrait amplifier la pression sur les matières premières agricoles, et donc les problèmes de famine et malnutrition si rien n’est fait pour faire évoluer notre modèle agricole.
Ainsi, les pays en voie de développement doivent répondre à plusieurs défis : l’autosuffisance alimentaire, le développement durable agricole et l’emploi des jeunes. Le discours sur le développement de l’agriculture en Afrique se pose in fine comme un discours sur le développement durable. Dans ce double contexte d’explosion démographique et d’exigence alimentaire immense dont la conséquence imminente est l’accroissement de la pauvreté, plusieurs réflexions sur le développement de l’agriculture en Afrique et dans le monde sont au cœur des débats scientifiques. Le système alimentaire mondial n'engendre pas de moyens d'existence suffisants pour des millions de gens qui y travaillent; il n'est pas écologiquement viable, et environ un tiers de la production agricole totale est perdu ou gaspillé chaque année ,
Le rapport 2008 de la Banque Mondiale sur le développement intitulé « Investir dans l’agriculture » mentionne que « la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) agricole est avérée au moins deux fois plus efficace pour réduire la pauvreté que la croissance des autres secteurs.». Le développement agricole est donc l’une des stratégies les plus importantes et les plus efficaces pour promouvoir la croissance économique et réduire la pauvreté dans les zones rurales (et au-delà) où sont concentrées la majorité de la population pauvre de la planète.
Plus récemment en 2013, à l’occasion des 10 ans du programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA), l’Union Africaine (UA) et le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) publiaient un rapport intitulé les agricultures africaines : transformation et perspectives. Ce programme, présenté comme le moteur de la révolution agricole du continent préconise l’augmentation des investissements agricoles, le développement de l’entrepreneuriat et des investissements dans les filières agro-alimentaires, l’amélioration des marchés agricoles nationaux et régionaux, la promotion collective de la sécurité alimentaire et des progrès dans la gestion durable des ressources naturelles.
L’objectif et les résultats des forums FIA 2018 et 2019 ont permis de susciter une réflexion autour des enjeux liés au développement d’une agriculture durable en Afrique. La seconde édition a permis de passer à l’action en renforçant la capacité de différents acteurs, en l’occurrence les jeunes entrepreneurs dans le domaine de l’agro-écologie et de l’agrobusiness à travers un accompagnement pour la création des entreprises pour le développement durable. Pour cette troisième édition, notre vision est de pouvoir davantage accompagner les jeunes Entrepreneurs qui œuvrent dans l’agriculture et l’agro-alimentaire en renforçant davantage leurs capacités et en favorisant la vente de leurs produits et services tant sur le plan national qu’à l’international dans un contexte de coronavirus favorable à l’économie numérique.
Sur les 17 objectifs et 169 cibles qui détermineront l'agenda mondial de développement pour les quinze prochaines années, l'Objectif de Développement Durable (ODD) n°2 axé sur la sécurité alimentaire, la nutrition et l'agriculture durable, et l'ODD n°9 sur les infrastructures, l'industrialisation et l'innovation revêtent la plus haute importance. L'alimentation et l'agriculture s'inscrivent au cœur de l'Agenda 2030 pour le développement durable. L'ODD n° 2 et ses cibles sont indissociables de la quasi-totalité des autres dont l’Objectif 13 : prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et répercussions. Par ailleurs, le Plan National de Développement (PND) du Togo en son axe stratégique 2, il est également question du développement des pôles de transformation agricoles, manufacturiers et d’industries extractives afin de favoriser l’emploi des jeunes.